Et toi, qui est-tu ?

Et si je te disais que tu peux littéralement devenir qui tu veux ?

Hier, j’ai réalisé que la personne que je suis aujourd’hui est majoritairement composée de traits de personnalité que j’ai délibérément choisis. Je me suis demandé d’où venait tout ça, et j’ai trouvé le sujet hyper intéressant, le fait de chercher à expliquer ma personnalité. Parce qu’en fait, ça vient de plein d’influences différentes, de plusieurs périodes de ma vie. Laisse-moi t’expliquer.

C’est tout bête, mais j’avais notamment en tête le fait que j’adore le café. Je me suis demandé d’où me venait ce trait de personnalité, parce qu’à la base, moi, le café, je détestais ça. Mais un jour, j’ai regardé une série dans laquelle le personnage principal buvait du café en permanence. En gros, c’était vraiment LE truc qui caractérisait sa personne. C’était un peu comme un running gag dans la série, tu vois. Et moi, petite Marie perdue dans sa vie, j’adorais ce personnage, alors j’ai décidé, un beau jour, de développer cette habitude dans mon quotidien. Du jour au lendemain (ou presque), je me suis mise à aimer le café. Le plus marrant, c’est qu’aujourd’hui, mon café du matin, c’est mon moment préféré de toute la journée. Je me lève tôt, plus tôt qu’une grande partie du reste de la population, et je prends mon café dans le calme avant que le monde se réveille tout doucement. C’est un instant qui m’appartient, où je n’ai rien d’autre à faire que de penser à moi. Et me voilà aujourd’hui, à demander du café pour Noël tellement ça m’obsède.

De la même façon (enfin pas tout à fait, mais il me fallait une transition), un jour j’ai choisi que j’allais être engagée pour l’environnement et le bien-être animal. A la base, je ne viens pas du tout d’un milieu sensible à ce genre de cause. Dans ma famille, on roule en voiture pour un oui ou pour un non, on n’achète surtout pas de seconde main et on s’en fiche complètement de prendre la vie d’un animal pour se nourrir. Et pourtant, je suis là au milieu de tout ça, le petit électron solitaire qui navigue à contre-sens. Parce que je l’ai choisi, grâce à différentes influences extérieures. Aujourd’hui, c’est un grand pan de ma personnalité qui me tient extrêmement à coeur. Pour te dire la vérité, sans cette partie-là de moi, je pense que je ne serais plus vraiment moi. Ca enlèverait un bout de ce qui me constitue en tant que tout logique et intelligible.

Je pourrais t’expliquer un tas de facettes de moi comme ça. Je pense que je serais en mesure d’analyser presque tout ce qui me compose à travers telle ou telle influence que j’ai eue à tel ou tel moment de ma vie.

C’est drôle aussi de constater que ça peut venir d’un truc important comme d’un truc complètement insignifiant. La moindre petite remarque que j’entends ou la moindre petite action dont je suis témoin peuvent avoir une influence sur qui je veux être.

Ca va peut-être te sembler étrange, mais des fois j’aime bien faire le point avec moi-même. Remettre en question qui je suis. Comment les autres me décriraient en me voyant ? Est-ce que ça correspond à ce que je veux ? Si non, qu’est-ce que je peux faire pour changer ça ?

Je suis persuadée qu’on peut pleinement choisir qui on souhaite être et je trouve ça magique, en fait. Bon, c’est vrai qu’après si demain je choisis que je veux être boulangère au japon, le processus risque d’être un peu plus compliqué. Mais je pense que tu comprends ce que je veux dire. Si d’un coup je décide de boire un whisky « on the rocks » tous les soirs en rentrant du travail pour faire comme les darons dans les films américains parce que je trouve que ça renvoie une image super cool, je peux. Bon OK l’exemple est bidon, mais c’est le seul qui me soit venu dans l’immédiat. Mais si je décide de renvoyer cette image de buveuse de whisky comme les darons un peu sombres de la mafia russe, je peux tout à fait le faire. La mafia russe en moins.

Mais voilà, tout ce que je voulais te dire aujourd’hui au fond, c’est de ne pas perdre ton temps à être quelqu’un que tu ne veux pas être. Tu peux devenir la personne qui te fait rêver, sans te prendre la tête, juste en le décidant. Et c’est plutôt sympa, non ?

Laisser un commentaire