Retour sur deux ans de végétarisme

Hello !

Aujourd’hui, je voudrais vous parler de mon expérience avec le végétarisme et vous expliquer comment j’en suis arrivée là. Dans la vie de tous les jours, les gens me posent beaucoup de questions car ils ne comprennent pas forcément ma démarche, ils veulent en savoir plus, ils aimeraient essayer de changer un peu leurs habitudes… Le problème, c’est que c’est un peu compliqué de tout dire sans s’emmêler les pinceaux, sans oublier quelques morceaux, et je sais que bon nombre de mes connaissances me suivent ici. J’aimerais donc répondre à toutes ces questions ici une bonne fois pour toutes, et pourquoi pas vous ouvrir l’esprit à quelque chose de nouveau pour vous !

Je suis donc devenue 100% végétarienne en septembre 2015, mais contrairement à ce que tout le monde pense, ça n’est pas venu du jour au lendemain. Je ne me suis pas réveillée le premier septembre en me disant « j’arrête la viande ».
C’est en janvier que tout cela a plus ou moins commencé. J’avais seize ans et demi, j’ai rencontré quelques personnes sur internet qui étaient végétariennes ou véganes et qui ont commencé à me parler un peu de leurs habitudes alimentaires en m’expliquant dans les détails leur démarche que j’ai compris et respecté dès le début. Le seul problème, c’est que je viens d’une famille très ancrée dans la tradition au niveau de l’alimentation, et que c’était impensable pour moi d’arrêter de manger de la viande. Je me disais que toutes les bonnes choses que je connaissais allaient me manquer : le bœuf bourguignon, les hamburgers, le saucisson, les barbecues, la charcuterie… Mais plus je continuais de manger de la viande, plus je me sentais coupable car je gardais dans un coin de ma tête que j’étais en train de manger des animaux et que je n’avais pas le droit de leur faire ça, de leur faire tout ce mal.
C’est donc en avril que j’ai commencé à réduire ma consommation. En premier, j’ai décidé d’arrêter la viande rouge parce que c’est ce qui me dégoûtait le plus. Ça n’a pas été simple, mais ça a fini par ne plus me manquer, alors passée cette étape, j’ai continué avec la viande blanche. Ensuite, sans même m’en rendre compte, j’ai arrêté tout ce qui était charcuterie, amuse-bouches et snacks en tous genres à base de viande. Arrivée à ce stade-là, je ne mangeais plus que du poisson, mais c’était idiot de s’arrêter là (un poisson, c’est tout aussi vivant qu’une vache, oui oui), alors j’ai tout arrêté. Ce qui nous amène au mois de septembre.
A la base, mon projet pour de ce mois-là était de réussir à passer une semaine complète sans manger une seule fois de la chaire animale, et… Cette semaine ne s’est jamais terminée puisqu’elle dure depuis maintenant plus de deux ans ! C’est une des choses que j’ai accompli dans ma vie dont je suis le plus fière aujourd’hui, et je ne m’en cache pas car je ne m’en pensais pas capable, et je l’ai quand même fait, je n’ai pas abandonné.

Aujourd’hui, tout cela me semble normal, j’ai pris mes marques, je sais ce que je peux manger, ce que je ne peux au contraire pas manger, et tout cela me convient parfaitement. Mais pour être totalement honnête, les choses n’ont pas été aussi naturelles dès le début. Le plus difficile pour moi a été de ne plus penser à la « mauvaise viande », c’est-à-dire les nuggets, les McDonald’s, le saucisson, le foie gras… Tout ce genre de petites choses, quoi. A ce jour, j’ai trouvé des substituts végétaux qui me conviennent parfaitement, donc ça va beaucoup mieux.
Un autre point très compliqué a été les sorties. Que ce soit au restaurant, dans des fast foods, chez des amis ou de la famille, la moindre sortie devenait rapidement un problème au début car les gens ne comprenaient pas ce que je mangeais. Je viens d’un milieu où manger de la viande est la norme, la base de tout repas, alors quand j’ai commencé à dire que je n’en mangeais plus du tout, on m’a un peu regardée de travers (ma famille, surtout). Aujourd’hui, mon entourage commence à s’y faire et à avoir l’habitude, mais c’est le résultat d’un très long processus. J’ai parfois mal vécu l’incompréhension des gens, j’en ai eu marre de me répéter, de devoir me justifier sur mon choix car qui êtes-vous pour me demander une excuse « valable » ? Qui êtes-vous pour contrôler ce que je fais ? Je ne dois aucune explication à personne. Je ne mange pas de viande, et il va falloir s’y faire. J’en rigole souvent, mais au fond je vis très mal le fait qu’encore à ce jour, certaines personnes n’acceptent pas ou ne comprennent pas mon choix, car comme je vous le dis, c’est MON choix et il n’implique que moi.

On me demande aussi souvent si j’ai remarqué des changements particuliers dans mon quotidien depuis que j’ai arrêté la viande. Les effets varient beaucoup en fonction des gens : certains vont ressentir un changement radical, d’autres rien du tout. Personnellement, je me situe entre les deux. La seule chose que j’ai remarqué, c’est que ma digestion est devenue bien meilleure, et que par conséquent, je me sens bien mieux dans ma peau. Je suis beaucoup plus en forme qu’avant, j’ai un corps avec lequel je suis en harmonie et je ne changerais ça pour rien au monde car j’ai attendu ce moment très longtemps, vous pouvez me croire !
Par ailleurs, j’ai découvert énormément de choses en changeant d’alimentation. J’ai un régime alimentaire bien plus équilibré aujourd’hui qu’il ne l’était avant. J’ai appris à m’adapter à de nouvelles choses, à goûter, à essayer… Et ça aussi, ça me satisfait beaucoup. C’est d’ailleurs un peu grâce à tout ça que j’ai décidé de lancer mon blog et de vous partager quelques-unes de mes recettes !

Enfin voilà, j’en arrive à la fin de cet article qui était relativement long. J’espère sincèrement qu’il vous a plus et qu’il a permis de vous éclairer un peu si vous vous posiez des questions. N’hésitez pas à réagir en commentaire. Je vous donne rendez-vous mardi prochain à 18 heures pour un nouvel article !

Marie.

Similar Posts:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *